dimanche 7 avril 2013

Aujourd'hui, je me suis trouvée jolie

J'ai lu hier la citation suivante de l'actrice Kate Winslet, à propos de sa fille:
“As a child, I never heard one woman say to me I love my body. Not my mother, my elder sister, my best friend. No one woman has ever said, I am so proud of my body. So I make sure to say it to Mia, because a positive physical outlook has to start at an early age.” ~ Kate Winslet
* Tentative de traduction: Enfant, je n'ai jamais entendu une femme dire: J'aime mon corps. Pas ma mère, ma soeur ainée, ma meilleure amie. Pas une seule femme ne m'a jamais dit: je suis tellement fière de mon corps. Alors je m'assure de le dire (à ma fille) Mia, parce qu'il n'est jamais assez tôt pour développer une image positive de son corps. 
Elle me trotte dans la tête depuis. J'ai beau chercher, je n'arrive pas à me souvenir d'avoir entendu une femme me dire qu'elle aimait son corps. On m'a dit: je suis trop grosse, trop maigre, trop petite, trop grande, trop courbée; mes seins sont trop gros, trop petits, trop bas, pas assez ferme; j'ai de grosses fesses, je n'ai pas assez de fesses; mes jambes sont trop longues, trop maigres, trop grosses, trop courbées.

On ne s'aime pas, ou alors on focalise sur les parties de notre corps qui nous déplaisent ou nous complexent. On est souvent incroyablement dure avec soi. On n'est peut-être pas parfaite, mais on n'est jamais telle qu'on se l'imagine. Et si on s'aime, on n'ose le dire à voix haute. Probablement par crainte de paraître vaniteuse ou arrogante, alors qu'on est au contraire fragile et beaucoup trop modeste.

Je vis avec une ado qui, comme probablement toutes les ados, est obsédée par son corps. Elle se trouve trop ci, pas assez ça, et je ne sais que lui dire pour la sortir de ses insécurités. Je lui dis depuis qu'elle est toute petite que je la trouve belle, mais je réalisais avec cette citation que jamais je ne lui avais dit que je me trouvais jolie, moi aussi, parfois. Je lui cache depuis toujours mon insécurité face à certaines parties de mon corps, de peur de les lui transmettre. Je ne lui parle pas de ces kilos qui, j'en suis convaincue, me séparent d'un corps idéal. Kilos que je ne perdrai pas bientôt, si je me fie aux 15 dernières années. Mais je devrais peut-être lui raconter que, malgré mes insécurités passagères et mon corps non idéal, je suis souvent très bien dans ma peau, que j'aime beaucoup mes cheveux, mon sourire, mes yeux pétillants, mes courbes féminines.

Peut-être que si elle savait que je me trouve parfois jolie et attirante malgré mes imperfections, elle en arriverait à s'aimer telle qu'elle est, à réaliser à quelle point elle est jolie, rayonnante, lumineuse, et elle ne perdrait pas autant de temps à se soucier d'imperfections souvent imaginaires.

Et peut-être que si j'en parlais ainsi, j'arriverais moi aussi à m'aimer telle que je suis.

5 commentaires:

Sophie a dit...

T'as craqué.... Tu as enlevé la jolie photo qui était là ce matin. T'aurais pas dû. Tu y étais très jolie.

C'est fou quand même comment on s'aime mal non? Tu as soulevé une réflexion en moi, c'est vrai que moi non plus je n'ai pas souvent entendu de femme parler ce sa beauté.

J'ai quand même souvenir de ma grand-mère qui me racontait, que jeune, elle était considérée moi jolie que ses soeurs qui avaient des jolis petits minois, son père lui avait dit "Toi, tu as des belles jambes et de jolies dents, tu vas être belle plus longtemps que tes soeurs." Elle me racontait ça à plus de 80 ans, avec un sourire en coin l'air de dire "Il avait raison, je suis plus belle que mes soeurs depuis des années.", et c'est vrai qu'elle était belle.

Nathalie a dit...

Oui, j'ai craqué... La ligne est très mince entre dire (avec modestie) qu'on se trouve jolie parfois et le sentiment d'arrogance que ces mots peuvent provoquer. Finalement, je n'ai pas osé. Mais merci du très gentil commentaire :)

Je trouve fou l'histoire que tu racontes, parce qu'on y voit que, même à 80 ans, notre beauté et image corporelle sont importantes...

Une femme libre a dit...

Je pense que les sportives ont moins de problèmes avec l'image corporelle. Un corps qui performe, qui joue, qui gagne,qui est fort est un corps qu'on aime parce qu'il nous permet de nous valoriser par ses habiletés. Les jeunes devraient tous mais surtout toutes faire du sport et exceller dans au moins un sport.

Je dois dire que c'est plus facile d'aimer son corps en vieillissant. Curieux, n'est-ce-pas? Avec le temps, on ne s'attend plus à la perfection et que le corps fonctionne encore très bien, qu'il puisse rendre tous les services attendus est déjà une source de réjouissance, eheh!

Michèle a dit...

Nous sommes dures envers nous-mêmes. Je suis celle qui se déprécie plus souvent qu'autrement. Toujours là à chercher mes petits défauts. À regarder ce qui cloche plutôt que ce que j'aime.

Arroser les fleurs, pas les mauvaises herbes...faudrait que j'entretienne ça.

Et une femme qui se trouve belle est tellement plus belle, elle dégage!!

Merci pour cette belle réflexion.

Nathalie a dit...

@Une femme libre: Oui, je suis bien d'accord qu'il est plus facile d'aimer son corps en vieillissant! Même si je n'ai plus le corps de mes 20 ans, je suis pourtant beaucoup mieux dans ma peau maintenant. Mais il est dommage d'être si dure avec soi pendant si longtemps... Merci de votre commentaire!

@Michèle: Je ne sais pourquoi nous sommes si dures envers nous-mêmes. On se parle comme on ne le ferait jamais pour quelqu'un d'autre! On devrait plutôt apprendre à se parler comme on le ferait à notre meilleure amie...